enfr (514) 779-6959 Mon - Fri 08:00 - 17:00 Montréal | Laval | Rive-Nord | Rive-Sud | Lanaudière | Laurentides | Mont-Tremblant
enfr (514) 779-6959 Mon - Fri 08:00 - 17:00 Montréal | Laval | Rive-Nord | Rive-Sud | Lanaudière | Laurentides | Mont-Tremblant
Certification
RBQ# 5682-5383-01
Protection
100% Guarantee
Durabilité
Ultime
Contact

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES D’UNE MAUVAISE PRISE EN CHARGE DE JOINTS DE CALFEUTRAGE ?

Dans la grande majorité des cas, une infiltration d’eau est d’ordinaire causée par une ouverture dans un joint de calfeutrage telle qu’une fenêtre ou une porte. Ce point d’entrée constitue une ouverture pour l’infestation de champignons et de moisissures qui tendent ensuite à proliférer dans l’ensemble de la plupart des bâtiments. Les résultats engendrés par une prise en charge tardive d’une infestation peuvent être nombreux :

 

Pour la santé :

Une trop grande quantité de champignons et de moisissures dans un bâtiment peut nuire à la santé de l’organisme humain. C’est d’autant plus grave chez les sujets les plus fragiles comme les personnes âgées et les enfants en bas âge. Cela peut aussi être le cas chez les sujets fragiles comme les asthmatiques.

 

Pour la partie budgétaire :

Le fait de ne pas tenir compte de l’étanchéité des joints de calfeutrage d’une maison peut entraîner des frais en sus si vous devez procéder à une bonne remise en état de ce qui a été endommagé de toutes les zones infectées par les insectes. Dans le cas où vous envisagez de procéder à la revente de votre bien, sachez qu’une prise en charge tardive de l’étanchéité de vos joints peut avoir un impact considérable sur le prix de votre résidence, qu’elle se trouve dans la ville de Montréal ou dans une autre ville à proximité.

À cela s’ajoute la perdition calorifique dont fera l’objet votre bâtiment ou votre résidence, suite à une ouverture dans un joint de calfeutrage. Selon Hydro Québec, 25% des perditions calorifiques occasionnées dans votre maisonnée sont attribuées pour la plupart aux fuites d’air. Dans un cas de figure plus grave, ce trou par lequel s’échappe régulièrement l’air peut égaler celui de la taille d’un ballon de basket. Or, ce sont justement ces fissures qui accroissent au final vos factures de chauffage.

 

Les détériorations favorisées par l’humidité :

L’humidité peut causer de nombreux dégâts. Parmi eux, on citera celui de toutes les saletés occasionnées et les dégradations qu’elle entraîne sur son passage. Outre les objets avec lesquels elle entre en contact, on notera aussi les immondices qu’elle finit par mettre en place, comme c’est le cas de la prolifération d’acariens et de moisissures. Les cas les plus connus et les plus néfastes sont sans conteste le mérule pleureur et l’aspergillus.

L’humidité a tendance à infiltrer tous les corps avec lesquels elle entre en contact, et ce, quelle que soit la direction qu’elle a empruntée pour y arriver, soit verticalement, soit horizontalement. Elle agit notamment sur :

 

  • Les enduits qui finissent alors par crouler et à s’abîmer.
  • Les parquets, les planchers et les lambris qui tendent alors à se décomposer.
  • La peinture qui finit par se défraichir et se détacher.
  • Les tissus et les papiers qui tendent à s’abimer et à pourrir.
  • Les mobiliers et autres objets entassés dans votre maisonnée et qui finissent inévitablement par devenir putrescibles.

Aussi, il peut arriver que la brique gonfle ou finisse par se briser après qu’il était gelé, tout cela à cause de l’infiltration d’eau derrière la maçonnerie. Cela arrive souvent  lorsque la glace émet une pression accrue derrière la maçonnerie.

 

En résumé :

Il peut néanmoins arriver que des calfeutreurs peu scrupuleux négligent des étapes importantes dans l’industrie du calfeutrage. Dans de nombreux cas de travaux, certains calfeutreurs ne font qu’appliquer une nouvelle couche de calfeutrage au-dessus de l’ancien scellant pour camoufler les imperfections telles que les fissures, dessèchements, détériorations, décollements et dégradations au niveau de certaines ouvertures.

Un cas plausible concerne l’inadéquation de l’ancien scellant avec le nouveau. Cela peut survenir en cas différences de propriétés des scellants. Autre configuration possible : la présence de l’ancien joint qui diminue l’adhésion du nouveau scellant. Cela a pour effet de réduire la surface sur laquelle le scellant pourra se fixer. En revanche, la performance sur la durée d’un joint de calfeutrage sera fonction de la propreté de la surface où sera appliqué le scellant. Il faudrait un minimum de 6mm de surface de contact pour cela. Il est préférable de faire appel à des experts qualifiés chez Calfeutrage MJM et Fils pour prendre en charge les travaux de calfeutrages de vos portes et fenêtres.

A propos de l'auteur